SALLE DE PRESSE

ARTICLES

cccad015-19de-4069-a7e0-f699973903e5_ORIGINAL
Des buses et des faucons rendront des plages de l’Estrie plus propres et plus sécuritaires aux baigneurs en faisant peur aux canards et aux bernaches.
1182422-equipe-gpf-gestion-faune-thierry
Maya, Hendrick’s et Era. Un springer anglais, un berger australien et une buse de Harris: tel est le trio de GPF Gestion de la faune qui oeuvrera cet été au parc Daniel-Johnson à Granby pour effaroucher la population grandissante de bernaches qui y a élu domicile.
Capture
Au cours des prochaines semaines, la Ville de Terrebonne mettra à l’essai une nouvelle méthode pour tenter de contrer les effets néfastes de la surpopulation de bernaches du Canada sur l’Île-des-Moulins ainsi que l’Île Saint-Jean, à la suite du succès mitigé qu’ont connu les effaroucheurs mécaniques. Il s’agit d’une méthode de dispersion à l’aide d’oiseaux de proie et d’une escouade canine. Cette technique se veut une avenue concrète pour l’effarouchement qui s’effectue sans bruit et dans le respect de la faune existante.
1026928
En 2014, un projet pilote avait été mis en place afin «d’effaroucher» les espèces d’oiseaux, dont la grande quantité d’excréments qu’ils produisent contribue à polluer les cours d’eau et les plages de même qu’à propager la dermatite du baigneur.
article
DRUMMONDVILLE. Depuis quelques mois déjà, le Groupe d’aide pour la recherche et l’aménagement de la faune (GARAF), GPF – Gestion de la faune et Waste Management (WM) unissent leurs efforts dans un projet éducatif visant la réintroduction dans la nature de Mirage, un jeune faucon pèlerin orphelin abandonné au pied d’un nid et retrouvé il y a moins d’un an.
11p
OISEAU DE PROIE. Les goélands qui fréquentent la Baie de Magog n’ont qu’à bien se tenir. À compter du 16 juin prochain, l’endroit sera «patrouillé» quotidiennement par un oiseau de proie, dans le cadre d’une opération visant à faire fuir les oiseaux indésirables qui nuisent à la qualité de l’eau du lac Memphrémagog.
12p
La fauconnière Marie-Ève Castonguay était de passage à Magog lundi avec un oiseau de proie. L’animal semble avoir séduit la mairesse deMagog, Vicki May Hamm, ainsi que Marilyne Guillemette, technicienne en environnement à la Ville de Magog.
3p
Les employés étoiles d’une entreprise de gestion de la faune bénéficient de soins vétérinaires ! Le fauconnier Marc-André Fortin confie une buse et deux faucons à l’équipe de la Clinique des oiseaux de proie.
4p
A century ago, the Canadian beaver was on the verge of extinction. Once numbering in the millions, there were barely 100,000 of them left in North America, largely due to over-trapping and habitat destruction. But what a difference a few decades can make.
6p
Marc-André Fortin pratique un métier peu connu, celui de fauconnier. Le biologiste dresse des oiseaux de proie pour éloigner des espèces nuisibles d’un territoire.
2p
Les oiseaux qui vivent près des aéroports constituent un danger pour les avions qui décollent et atterrissent. Divers moyens doivent alors être mis en place pour éviter qu’ils ne provoquent des accidents. Dans plusieurs aéroports, dont l’aéroport Pierre-Eliott-Trudeau à Dorval, on utilise notamment les services de six oiseaux de proie dont le rôle est d’éloigner les autres oiseaux des corridors aériens.
5p
Il suffit parfois d’une collision avec un vol d’oiseaux pour qu’un avion frôle la catastrophe, comme en janvier dernier sur la rivière Hudson. Aux abords des aéroports, des patrouilleurs québécois partent en chasse… avec des oiseaux de proie!